Astérix

par François 24 Décembre 2013, 11:00 Expos Livres

Astérix

Le temps qui passe n’y change rien.

Peu importe les débarquements de Manga, les apparitions d’irrésistibles agents doubles (voire triples) bondissants à la moindre menace nucléaire ou bactériologique, les incessants come-back de supers héros aux costumes refaits à neuf (t’as vu mes nouveaux collants !), Astérix résiste toujours et encore à l’envahisseur.

Enfin… non. En ce moment il ne résiste pas. Il nous accueille. A la BNF (jusqu’au 19 janvier).

« Engagez-vous, rengagez-vous, qu’ils disaient ! ».

Eh bien oui ! Une fois n’est pas coutume je suis d’accord avec les Romains et je vous engage à Veni, Vidi l’expo sur ce héros de notre enfance.

Vous y retrouverez tous les ingrédients qui au fil des décennies ont constitué cette potion magique à laquelle on goûte toujours avec plaisir, ou à laquelle on ne peut pas ne pas penser sans en ressentir une puissante envie de deuxième service.

Vous y glanerez bien entendu des infos sur les paternels du célèbre gaulois, sur leurs influences, leur rencontre, leurs parcours respectifs puis jumelés, et sur leur productive collaboration.

Vous y admirerez des dessins originaux, vous y reconnaîtrez des amis, vous y retrouverez des gags oubliés mais dont vos souvenirs se bidonnent encore, vous y découvrirez des secrets, vous vous y amuserez d’anecdotes, et vous y apprendrez même qu’Obélix fut (très brièvement) svelte !!!

Mais surtout vous avancerez sur l’itinéraire de la visite en trouvant qu’une de vos chaussures et soudainement bien grande. Normal, vous aurez un pied dans l’enfance. Dieu merci ça porte bonheur !

Vous serez alors, peut être comme moi, heureux de constater que si vos panards ont grandi, vos yeux, eux, n’ont pas pris une ride. Ils s’ouvrent toujours en grand devant ce copain, ce visiteur des mercredis après-midi, ce faux marchand de sable qui était censé nous bercer avant le « gros dodo », mais qui ne parvenait qu’à nous tenir éveillé pour nous emmener au bout de l’aventure.

Oui, pour moi, Astérix était un héros. Mais il était aussi une formidable fenêtre ouverte sur le monde, sur l’Histoire, sur la liberté, sur la géographie, sur la culture, sur l’humour, sur la dérision, sur la légèreté, sur le rire.

Il faut y replonger à tous les âges pour se rendre réellement compte de la profondeur et de la qualité de cette œuvre.

Sur le plan de l’écriture et de l’illustration bien sûr :

Les scénarios (oui, je sais on dit « scenarii » mais moi aussi je résiste : vive la Gaule !), les répliques, les idées, les jeux de mots de Goscinny sont brillants, efficaces, remplis d’astuces.

Les dessins d’Uderzo sont riches, précis, inventifs, vivants, mouvementés.

L’alchimie entre les deux auteurs est parfaite. Ils étaient faits pour se rencontrer, faits pour créer, même pour procréer car il semble que dans certains cas l’encre soit un liquide bien plus fertile que l’autre (celui qui fournit des candidat(e)s aux émissions de télé réalité), faits pour nous entraîner de villages en camps retranchés, de péripéties en émerveillements, de connaissances en plaisirs.

Astérix

Astérix, ce n’est plus qu’une simple BD, c’est de l’Art. De l’Art et du cochon (comprenez sanglier).

C’est de l’Art accessible, instructif, ouvert, divertissant, beaucoup plus profond qu’on ne le pense, bref c’est ce que devrait être l’Art en général s’il n’y avait pas tous ces cons pour se croire intelligents !

Car on ne vantera jamais assez le contenu des histoires d’Astérix le gaulois et toute la richesse dont il recèle.

Ah ! Putain ! Comme c’est bon de se taper du premier choix, du subtil, de l’utile, du judicieux, et le tout sans que ça se prenne au sérieux.

Merci Messieurs !

Dans « Astérix et Cléopâtre », Obélix, avant d’enfoncer la porte d’une geôle, prévenait :

« Poussez-vous ! On sort. ».

Eh bien je déclare aujourd’hui : « Poussez-vous ! On entre. ».

Que ça soit à l’exposition, dans l’univers merveilleux du petit blond à moustache, ou tout simplement sur un coin de sa jeunesse, on ne peut pas se tromper : c’est la même porte…

Bonne visite !

PS : Quoi Assurancetourix ? Non, tu ne chanteras pas ! Non, tu ne chanteras pas !

Astérix

commentaires