Laure Prouvost : Prix Turner 2013

par Anna 9 Janvier 2014, 10:00 Galeries

Laure Prouvost : Prix Turner 2013

Qu’est-ce que le Turner Art Prize ?

Ce prestigieux prix d’art contemporain est décerné par la Tate, à Londres et a déjà révélé Tony Cragg, Anish Kapoor, Damien Hirst, Steve Mc Queen… Rien que ça !

Le gain est de 30 000 euros, comme le prix Marcel Duchamp. La Tate Britain organise une exposition pour le lauréat et sa côte augmente évidemment considérablement sur le marché de l’art.

Laure Prouvost : Prix Turner 2013
Laure Prouvost : Prix Turner 2013
Laure Prouvost : Prix Turner 2013
Laure Prouvost : Prix Turner 2013

Mais qui est Laure Prouvost ?

Dernière lauréate, cette jeune femme de 35 ans est originaire du Nord de la France mais vit à Londres depuis l’âge de 18 ans, ce qui lui a permis de participer à cette compétition réservée aux Britanniques ou résidents dans ce pays. Aujourd’hui elle défraie les chroniques d’art. Qui est cette inconnue qui remporte un si grand prix ?

Refoulée des écoles françaises, elle tente l’aventure Outre-Manche et se forme dans les prestigieuses institutions de Goldsmiths College et de la Central St Martins de Londres. Elle n'est pour l’instant représentée par aucune galerie en France mais on retrouve un de ses travaux à l'espace d'art Triangle, situé dans la Friche de la Belle de Mai, à Marseille. Elle a également figuré à la biennale de Lyon.

La compétition fut rude, elle était confrontée à des artistes, déjà réputés pour un travail de grande qualité: Lynette Yiadom-Boakye avec ses portraits grinçants de la communauté africaine, David Shirgley, donné favori avec son mannequin qui fait pipi et surtout face aux performances déjà célèbres de Tino Sehgal, qui a remporté le Lion d’or de la biennale de Venise.

Laure Prouvost : Prix Turner 2013Laure Prouvost : Prix Turner 2013Laure Prouvost : Prix Turner 2013

Wantee, son installation primée fut présentée lors d'une exposition sur les années anglaises de l'artiste allemand Kurt Schwitters. Elle mêle fiction et réalité en présentant les états d'âme de sa femme surnommée Wantee car elle proposait continuellement du thé: " Want tea?" L’artiste mêle sculpture, objets de récup’ et vidéo.

Ses grands parents fictifs, cet univers perdu ont su séduire le jury. Il était présidé par Penelope Curtis, directrice de la Tate Britain. Les juges ont salué le défilé d’images si contemporain de la génération d’Instagram et de Snapshot et l’hommage aux techniques traditionnelles comme la terre cuite : « Son travail mêle les faits, la fiction, l'histoire de l'art et les technologies modernes »

Laure Prouvost : Prix Turner 2013
Laure Prouvost : Prix Turner 2013
Laure Prouvost : Prix Turner 2013

En février 2014, Laure Prouvost sera exposée à New York au New Museum et en septembre 2014 à Paris, à la galerie Obadia.

Vous pouvez voir son œuvre "No fear, No Shame, No Confusion" dans une exposition collective, jusqu’au 2 février à l’espace Triangle de la Friche de la Belle de Mai.

commentaires