Les enfants cruels de Jérôme Zonder

par Anna Lumbroso 4 Mai 2014, 10:55 Expos Gratuit

Le lieu unique à Nantes

Exposition Jérôme Zonder

7 mars au 11 mai 2014

Gratuit

La scène culturelle nantaise n’en finit pas de nous étonner. Les beaux jours approchent et je vous conseille vivement de faire un tour au Lieu Unique, formidable espace de création artistique à Nantes. En bordure du canal, face à la gare, l’ancienne usine LU abrite expositions, concerts, théâtre mais aussi bar et hammam.

Les enfants cruels de Jérôme Zonder

Jusqu’au 11 Mai, découvrez le subversif Jérôme Zonder dans une exposition dont vous ne pourrez ressortir indemne ! Jeux d’enfants qui tournent au cauchemar : meurtres, bizutages, tortures, l’artiste explore la violence de notre société mais ses acteurs sont des enfants.

Jérôme Zonder travaille sur la série des Jeux d’enfants depuis 2009, ses personnages portent les prénoms des héros du film de Marcel Carné : Garance, Baptiste et Pierre-François. Les enfants du paradis sont devenus des enfants terribles. Ses personnages grandissent avec les années.

Jérôme Zonder , Jeu d’enfants #3 et #5 , 2011, mine de plomb et fusain sur papier. Collection privée Bâle. Courtesy Galerie Eva Hober
Jérôme Zonder , Jeu d’enfants #3 et #5 , 2011, mine de plomb et fusain sur papier. Collection privée Bâle. Courtesy Galerie Eva Hober

Jérôme Zonder , Jeu d’enfants #3 et #5 , 2011, mine de plomb et fusain sur papier. Collection privée Bâle. Courtesy Galerie Eva Hober

“En 2009, une montée de violence me semblait palpable. J’ai commencé une série consacrée aux enfants du siècle, âgés donc de neuf ans, autour du thème de leur anniversaire. La violence, l’enfance, la cruauté, l’amour (...) J’ai mis en scène des moments d’actualité rejoués par des enfants (...) Dans quelques années, je dessinerai des adolescents.»

Exposition déconseillée au jeune public, le mal être se fait sentir face à ces scènes horribles. Les grands formats provoquent une répulsion qui se note sur les visages. Heureusement des éléments non réalistes et absurdes viennent nous rappeler que l’on évolue dans un monde imaginaire. Ces œuvres nous interpellent pour nous questionner justement sur la violence de notre société.

Les enfants cruels de Jérôme Zonder

Les références aux grands maîtres se multiplient dans ses œuvres : Dürer, Bosch, Dix et d’autres. Cette série, d’autre part, n’est pas sans rappeler les Désastres de la Guerre de Goya. Diplômé des Beaux Arts, Jérôme Zonder ne travaille que le dessin. Pour lui, la peinture est un « maquillage ». Diversifiée, son œuvre s’exprime à la mine de plomb ou au fusain. En résidence au Lieu Unique avant cette exposition, l’artiste y travaille spécialement une nouvelle technique du dessin au doigt.

Il met en scène sa propre exposition. Le parcours est donné, s’organise autour d’un village : l’école, la place de l’église, la maison puis la forêt. À chaque dessin, on a peur de découvrir le suivant, en même temps on le cherche, curieux. La scénographie est belle, loufoque et originale mais on s’y perd un peu. N’hésitez pas à demander aux médiatrices, présentes dans l’exposition de vous guider.

Âmes sensibles s'abstenir!

Les enfants cruels de Jérôme Zonder

commentaires