"Libérer les enchères ! " ou le défi de la nouvelle maison de ventes FauveParis

par Adriane Grünberg 11 Mai 2014, 10:00 Galeries

Plusieurs semaines déjà que j’entendais parler de FauveParis sans bien comprendre de quoi il s’agissait. Sous ce patronyme plutôt « in », j'étais à mille lieues d’imaginer que se cachait une nouvelle maison de ventes aux enchères. A ma décharge, il faut dire que la plupart des maisons de ventes parisiennes choisissent un nom de société plus proche de Haddock & Rouletabille ou même de Pignon Auction (douceur et mélodie du nom, bonjour !) plutôt qu'une référence artistique. Attention, je ne parle pas d’une référence musicale mais picturale ! On pense en effet au fauvisme, mouvement du début du siècle dernier, caractérisé par l’explosion des couleurs et la liberté d’expression auquel appartiennent Matisse et Van Dongen.

D’ailleurs, non sans accentuer la référence, FauveParis veut :

libérer les enchères, les rendre enfin accessibles à un public de curieux qui n’osent pas toujours s’y aventurer

Extrait de leur manifeste

Manifeste, "Libérons les enchères !", signé par Lucie-Éléonore Riveron et Cédric Melado, les co- fondateurs de la maison, le 9 avril 2014 dans le Huffington Post.

Ah. Mince. Voilà que leur idée ruine mon article précédent sur comment s’en sortir à Drouot ! Il fallait donc que je me lance à la découverte de cette nouvelle maison qui semble vouloir prendre le contrepied de la célèbre salle des ventes et surtout, semble-t-il, donner un « coup de jeune » au milieu.

"Libérer les enchères ! " ou le défi de la nouvelle maison de ventes FauveParis

Rendez-vous pris quelques jours avant l’inauguration pour une visite des lieux et une petite interview des co-fondateurs, Lucie-Eléonore Riveron (présidente et directrice artistique) et Cédric Melado (commissaire-priseur directeur).


Je suis accueillie par le responsable du bar à vin, belle entrée en matière ! Il y a aura donc un bar à vin dans les mêmes locaux, l’Abreuvoir. Moi qui avait cru comprendre qu’une buvette serait annexée à la salle de ventes, je suis bien surprise de découvrir un véritable bar à vin, pointu dans sa sélection et dont le gérant n’est autre qu’un de mes anciens profs de l’École du Louvre ! Un médiéviste derrière le bar, FauveParis semble annoncer la couleur : on s’appuie sur du solide pour « cooliser » les enchères.

Quant au lieu, il annonce lui aussi cette volonté de donner un « coup de jeune » : on quitte le 9e arrondissement, le quartier Drouot, pour s’installer dans le 11e, en face de l’Ecole Nationale Supérieure de Création Industrielle, véritable petite pépinière de designers. Les murs sont en pierre apparente (adieu velours rouges !), les cimaises sont amovibles, les vitrines sont à hauteur d’yeux. La salle principale de cet immense espace accueillera à la fois les expositions mais aussi les ventes aux enchères, elle a pignon sur rue et des baies vitrées laissent entrer la lumière et l’œil des curieux en goguette. Même les amateurs très occupés pourront venir car la salle sera ouverte tous les jours de 13h à 21h et les ventes auront lieu en soirée (avec bar à proximité, ça s’annonce festif !). Des médiateurs seront présents dans la salle lors des enchères pour en expliquer le principe aux novices. Décidément, on est bien loin de Drouot où l’entrée en matière est un parcours presque mystique.


Puis arrivent les co-fondateurs, on entame la discussion. Dynamiques et les pieds sur terre, ces anciens de grandes maisons parisiennes (Piasa et Tajan) ont des envies précises pour leur nouvelle maison. Fini les catalogues avec photos des objets sur fond gris, place aux barbus à lunettes et aux tatouages stylés pour accompagner les œuvres d’art ! Le catalogue de la vente (qui se nomme magalogue chez FauveParis) est plus conséquent et ne se contente pas d’un simple descriptif des lots, on y trouve des interviews, des bandes dessinées et les objets sont mis en scène.

"Libérer les enchères ! " ou le défi de la nouvelle maison de ventes FauveParis

C’est peut-être là l’éventuelle faille de la maison. Les lieux sont beaux et branchés, le bar aussi, la comm’ est très bien ficelée tout comme la typographie et le logo. On a presque l’impression qu’à vouloir libérer les enchères et attirer de nouveaux curieux, on en oublie les ventes elles-mêmes et la focalisation sur le contenant donne l’impression d’un contenu vague. Les lots proposés lors de la première vente qui aura lieu le 13 mai prochain sont en effet très divers (que fait un superbe haut-relief du XVIe siècle espagnol avec un tableau orientaliste de Jacques Majorelle et des photos de Martin Parr ?), on a du mal à comprendre quel est le public visé.

Le fait est que FauveParis ne semble pas s’intéresser aux bobos (qui aiment chiner, en témoigne le grand nombre de Ray-Ban + Nike à Saint-Ouen le dimanche) ni aux pros (qui aiment Drouot et leurs habitudes). Il faudrait donc qu’avec le dépoussiérage du principe, FauveParis ne se perde pas et réussisse à fidéliser voire à former une clientèle pointue. Et j’ai bien l’impression que pour ça, on peut compter sur la motivation sans faille de l’équipe ! D’ailleurs, les soutiens n’ont pas manqué lors de l’inauguration : entre experts reconnus et commissaires-priseurs, tous avaient déserté Drouot le temps d’une soirée.

A l’heure où les journaux parlent du déclin de Drouot et de la désertion du lieu par certaines grandes maisons (Artcurial, Tajan, Piasa), FauveParis débarque et se démarque, credo bien établi et publié dans les colonnes du HuffPost, il lui reste néanmoins à définir son créneau.

Et on leur souhaite bonne chance, pour une fois que des jeunes se lancent !

"Libérer les enchères ! " ou le défi de la nouvelle maison de ventes FauveParis
"Libérer les enchères ! " ou le défi de la nouvelle maison de ventes FauveParis
"Libérer les enchères ! " ou le défi de la nouvelle maison de ventes FauveParis
"Libérer les enchères ! " ou le défi de la nouvelle maison de ventes FauveParis
"Libérer les enchères ! " ou le défi de la nouvelle maison de ventes FauveParis

Infos pratiques :

FauveParis, du lundi au samedi de 13h à 21h, première vente le mardi 13 mai à 19h

Au 49 rue Saint-Sabin 75011 Paris

Métro Chemin Vert (ligne 8)

L’Abreuvoir, du mardi au samedi de 13h à 22h30

Accès par le 38 rue Amelot 75011 Paris
Métro Chemin Vert (ligne 8)

labreuvoir@fauveparis.com

commentaires