Festival Paris Cinéma : programmation éclectique et dynamique

par Marine Minier 6 Juillet 2014, 12:59 Ciné

Festival Paris Cinéma : programmation éclectique et dynamique

Dans les plus belles salles obscures de la capitale, comme chaque année, un rendez vous incontournable attends les amoureux du septième art pendant une semaine.

Le Festival Paris Cinéma nous propose, du 5 au 12 Juillet, avant-premières, grands classiques, ciné-karaokés, ciné-concerts et une compétition audacieuse.

Éclectique, dynamique, inédit et engagé seront les mots d’ordre d’un Festival qui a ouvert ses portes jeudi avec le sublime Timbuktu d’Abderrahmane Sissako, en compétition au dernier Festival de Cannes, et rappelant que le cinéma est un art aussi vital que l’air que l’on respire et aussi touchant qu’un chant au milieu du désert.

Pour sa 12ème édition, le Festival Paris Cinéma promet de vous faire voyager et pour peu cher : la séance est à 5 euros pour les grands et 4 euros pour les plus petits !

C’est dans des salles mythiques de la capitale que se déroulera le festival. Le Louxor projettera les onze films en compétition, de l’Islande à la Corée du Sud en passant par la France et Israël. Les lumières scintilleront dans le 9ème arrondissement de Paris, le Gaumont Opéra Capucines déroulera son tapis rouge aux avant-premières de films qui feront l’actualité de l’été et de la rentrée, tandis que le Gaumont Opéra Premier accueillera ses jeunes (et moins jeunes) spectateurs à la découverte des nouveautés du cinéma d’animation, projettera des courts métrages venus des quatre coins du globe et rendra hommage aux films produits par la française Sylvie Pialat. Le Nouveau Latina et le Reflet Médicis proposeront quant à eux une sélection de grands classiques de l’histoire du cinéma en version restaurée.

En somme, Paris Cinéma c’est un brassage culturel que Chauffe Marcel vous invite à explorer. Le programme est très dense, alors laisser vous porter, puis quant à nous, nous vous proposons ci-dessous notre choix de programmation.

Dimanche 6 juillet :

A 18H00, le Gaumont Opéra Capucines projettera Winter Sleep, Palme d’or du dernier Festival de Cannes, co-production turque, française et allemande. Un huit clos saisissant aux paysages à couper le souffle.

A 20H30, on traverse la rue et on se retrouve au Gaumont Opéra Premier pour la projection du film Self Made, où la réalisatrice israélienne Shira Greffen, récompensée par une caméra d’or en 2007 pour Les Méduses, nous présentera un film excentrique et drôle, une méditation sur la place assignée aux femmes dans la société. (Semaine de la Critique, Cannes 2014)

A 22H30, toujours au Gaumont Opéra Premier, on va voir ou revoir La Faute à Fidel ! en hommage à la productrice française Sylvie Pialat. Dans les année 70, La Faute à Fidel ! raconte l’histoire d’une famille bourgeoise, d’origine française par la mère et espagnole par le père, soudainement engagée politiquement et qui, suite à un voyage au Chili, choisit de vivre différemment.

Lundi 7 juillet :

A 16H00 au Gaumont Opéra Premier, dans le cadre de la French Comédie, on va revoir 2 Days In New York de la réalisatrice française Julie Delpy.

A 20H00, toujours dans le cadre de la French Touch et toujours à Opéra, c’est au Capucines que l’attendu Bande de Filles de Céline Sciamma sera projeté. Après Naissance des Pieuvres et le superbe Tomboy, la réalisatrice se livre cette-fois à un récit initiatique qui dynamite les clichés sur la réalité sociale française et l’identité féminine. Attention aux oreilles, la bande originale est signée Jean-Baptiste de Laubier alias Para One, ça va vibrer !

Mardi 8 juillet :

A 19H00 au Louxor, dans le cadre de la Compétition, Chemin de Croix raconte l’histoire de Maria, quatorze ans, qui vit dans une famille profondément catholique et pratiquante. Tentant de concilier sa foi avec son quotidien d’adolescente, sa conscience du devoir se transforme insidieusement en passion religieuse destructrice. (Ours d’argent du meilleur scénario, Berlinale 2014)

Mercredi 9 juillet :

A 21H00, le Nouveau Latina nous invite pour un film signé par la maître du suspense Alfred Hitchcock : Le Rideau déchiré.

Jeudi 10 juillet :

A 20H30, au Gaumont Opéra Capucines, sera diffusé Au premier regard. Sao Paulo, durant l’été. Une histoire d’amour sur tons de joie et de tolérance (Berlinale 2014). La fin du festival approche, alors vers 22H00, à la tombée de la nuit, vous irez vous laisser tomber dans un transat, toujours sur les berges de Seine, afin de profiter d’un ciné-concert avec l’incontournable Nosferatu.

Vendredi 11 juillet :

Dans l’après-midi, à 16H45, on va se revoir, au Gaumont Opéra Premier, le génial Camille Redouble de Noémie Lvovsky. Plus tard, à 21H30, on verra en avant-première, Mange tes morts, de Jean-Charles Hue, qui nous raconte l’histoire de trois frères issus de la communauté des gens du voyage, partant en virée dans le monde des « gadjos » à la recherche d’une cargaison de cuivre. (Quinzaine des réalisateurs, Cannes 2014)

Samedi 12 juillet :

On a le choix entre l’avant première d’une potentielle pépite et un grand classique plutôt old-school. A 20H00 au Louxor, sera projeté L’Institutrice, deuxième film du remarquable Nadav Lapid qui raconte la relation entre un prodige de la poésie et son institutrice qui, subjuguée par son talent, se battra envers et contre tous pour laisser l’enfant s’envoler lyriquement. (Semaine de la Critique, séance spéciale, Cannes 2014).

A 21H15, au Nouveau Latina, on va revoir le vieilli mais mythique Massacre à la tronçonneuse pour 1H25 de frissons et rires garantis !

Pour le reste de la programmation, c’est ici :

Festival Paris Cinéma : programmation éclectique et dynamique

commentaires