Baccarat, la légende du cristal

par Justine Hochemain 3 Décembre 2014, 09:31 Expos

Jeudi après-midi, cours annulé, après-midi libéré. On me propose d’aller faire une expo, et j’accepte. Me voilà donc partie en direction du Grand Palais parce que, niaise comme jamais, je pense être la seule. Grave erreur. Je vais donc faire un tour du côté de Niki de Saint-Phalle : 2h30 d’attente. Je me dirige alors vers l’exposition Hokusai, et j’abandonne aussi vite.

Je désespère donc, je fais des tours sur moi-même, je commence à faire des bulles. Quand soudain, on me propose le Petit Palais. C’est vrai, le Petit Palais, on n’y pense jamais. Et pourtant, ce somptueux bâtiment dont la porte seule suffit à faire rêver me tend les bras.

Après moins de deux minutes d’attente, billet en main, j’entre donc dans l’exposition : Baccarat, la légende du cristal. Et dès la première minute, je comprends que je vais passer un très bon moment. Tout d’abord parce que âgée de moins de 80 ans, j’ai l’impression d’être d’une jeunesse incroyable. Mais aussi, et surtout, parce que je me retrouve face à des pièces d’une beauté et d’une finesse incroyables.

Baccarat, la légende du cristal

L’exposition qui célèbre les 250 ans de la Manufacture de Baccarat retrace donc l’histoire de cet art du cristal depuis ses débuts jusqu’à aujourd’hui. On y découvre les pièces maîtresses de cette manufacture, installée dans l’Est de la France, qui connut un succès fulgurant, notamment grâce aux Expositions Universelles.

L’exposition lève donc le voile sur l’histoire de Baccarat, ses techniques, et ses œuvres. De la première pièce –un incroyable candélabre de 1896- à la salle finale qui rassemble une impressionnante collection de lustres, découverte d’œuvres aussi rares que splendides.

Baccarat, la légende du cristal

L’une des premières pièces majeures de Baccarat est un service complet commandé par Napoléon III en 1841 et baptisé service Harcourt lors de l’Exposition Universelle de 1925. Entre temps, cette ligne évolue pour s’adapter aux exigences de ses amateurs les plus fameux et les plus exigeants.

Baccarat, la légende du cristal

Les mérites de cette exposition sont multiples. Le premier, et le plus évident, est sans nul doute de nous offrir un accès privilégié à des pièces rares. Chaque objet nous montre une nouvelle facette du cristal. Et la collection est assez riche pour ne pas laisser une impression d’inachevé.

On apprend aussi à voir à travers le cristal le travail qui l’a formé. Les artistes apparaissent en transparence derrière la finesse et l’élégance des lignes. En ce sens, les deux vases « Simon » sont les plus impressionnants. « L’allégorie de l’eau » et « L’allégorie de la Terre », reconnues comme les pièces les plus travaillées de la collection, sont d’ailleurs les seules à porter le nom de leur créateur, preuve de son art.

Baccarat, la légende du cristal

Le cristal nous fait aussi visiter les palais du monde entier. Les différents services commandés par les rois, présidents, et autres hommes de pouvoir dévoilent à la fois la personnalité du commanditaire, et une nouvelle richesse du cristal. Ces services mis en scène dans une reconstitution grandeur nature nous donnent un aperçu du luxe de certaines tables. Le service dit « du Tsar » est un excellent exemple de ce raffinement et de la capacité de la maison Baccarat à s’adapter aux exigences de ses clients, puisqu’il comporte, en plus des pièces habituelles, un superbe verre à vodka.

Baccarat, la légende du cristal

L’exposition permet ensuite de voir les pièces plus récentes, et notamment celles créées dans le style art déco. Encore une fois, le cristal nous prouve qu’il n’a aucune limite et que sa richesse réside justement dans sa capacité à jouer avec les formes et les couleurs. Je dois cependant avouer que la période art déco n’a pas ma préférence –mon côté princesse, sans doute.

Enfin, l’exposition s’achève sur la salle des lustres. Et l’impression laissée est à la hauteur de la beauté du cristal. Une salle entière remplie de lustres mis en valeur grâce à des jeux de lumièreset de miroirstrès à propos.

Donc, si toi aussi tu as envie de te rincer l’œil avec des pièces magnifiques que tu as peu de chance de voir sur ta table de Noël, tu peux te rendre au Petit Palais jusqu’au 4 janvier 2015. Et, en cette période de grand froid, c’est une bonne nouvelle de savoir que tu ne vas pas être obligé d’attendre des heures dans le froid.

Baccarat, la légende du cristal

Du 15 octobre 2014 au 4 janvier 2015.

Au Petit Palais

Baccarat, la légende du cristal

commentaires

Margot 27/05/2016 19:43

Super article, merci beaucoup mme Justine.
Pour mon histoire des arts de 3ème, je compte parler du verre Harcourt et des Allégories de l'Eau et de la Terre, et votre article est une ressource supplémentaire pour moi.
Ce cristal est vraiment magnifique, je vous le concède (et comment, je suis plutôt entièrement d'accord :D !)
Je vous souhaite une bonne continuation.

eva 09/12/2014 22:23

merci,
vous m'avez donné envie de courir voir cette belle expo