Mark Lewis au Bal

par Julia Genet 11 Mars 2015, 11:27 Expos

Above and Below the Minhocao, 2014 © Mark Lewis

Above and Below the Minhocao, 2014 © Mark Lewis

Jusqu’au 3 Mai, Le Bal présente le travail de Mark Lewis à travers 7 œuvres du cinéaste Canadien.

7 œuvres, 7 vidéos, installées sur 2 étages, dans une scénographie épurée, minimaliste dans laquelle les écrans de différentes tailles s’intègrent comme des fenêtres sur le monde. Le monde et ses enjeux vu par Mark Lewis.

Le point de vue du Canadien oscille entre le grand angle et la macro, entre un regard qui épouse l’immensité des paysages, naturels ou urbains et la proximité d’un individu isolé dans un café de Varsovie ou le rituel matinal d’un SDF.

Above and Below. Un va et vient entre une conscience élargie du monde et l’attention particulière portée à la vie de tous les jours, un focus sur ces micro-évènements du quotidien.

Mark Lewis nous propose un regard exclu de la vie contemporaine, dans laquelle tout va très vite. Une vision au ralenti qui nous permet de concentrer notre regard et peut-être de nous rendre sensible à la poésie du détail, du rien.

Une seule vidéo est sonore, il s’agit de The Pitch. Dans une gare de Londres, le cinéaste proclame un manifeste sur la condition des figurants au cinéma.

Une deuxième œuvre, Cold Morning nous donne à voir dans un plan-séquence de 8 minutes, le ballet rituel qu’effectue tous les matins un sans-abri dans une grande ville anonyme.

Au sous-sol, Above and Below, l’œuvre qui a donné son nom à l’exposition, occupe toute la hauteur du mur. Comme une gigantesque fenêtre, la vidéo de Mark Lewis s’ouvre sur le Minhocão, une autoroute surélevée qui traverse Sao Paulo au Brésil. Construit en 1970, le plus grand projet d’infrastructure routière de l’époque, long de 3,5 km, devait fluidifier le trafic à travers la ville et devenir un monument moderniste. Mais dès 1976, à cause du bruit des 80 000 véhicules qui circulent tous les jours, de la pollution, de la proximité avec les riverains (par endroits l’autoroute n’est qu’à 4,6m des fenêtres des habitations), la municipalité décide de fermer l’autoroute tous les dimanches et toutes les vacances.

De nos jours, cette voie express ferme tous les jours de la semaine à 21h et devient accessible aux piétons, cyclistes, roller et skate jusqu’au lendemain 6h. Les parcs sont rares à Sao Paulo alors l’axe routier est devenu un vrai lieu de promenade, de loisirs, de soirée barbecue, en témoigne la foule de personnes rassemblée autour des entrées de l’autoroute, attendant l’heure à laquelle elle pourra se réapproprier le Minhocão.

© Martin Argyroglo / LE BAL

© Martin Argyroglo / LE BAL

Certaines œuvres du cinéaste ne m’ont pas touchées voire m’ont fait doucement rigoler.

Je pense notamment à Cold Morning et Hendon F. C. Le coup du « grâce à mon regard d’artiste vous allez pouvoir vous émerveiller devant un sdf qui range ses affaires car aujourd’hui vous ne prenez plus le temps de rien », qui vient avec la première œuvre, me fatigue et aurait même tendance à m’agacer. Le côté moralisateur, « je prends le temps, vous non» du message qui accompagne cette œuvre me lasse. Peut-être ne verrez-vous pas cette vidéo sous cet angle et serez happé par la poésie qui se dégage de ces mouvements simples et anecdotiques et ce sera tant mieux. Mais si j’adhère pleinement à l’idée que la poésie est partout, dans le banal, dans le quotidien (je pense aux œuvres de Rinko Kawauchi), choisir de filmer un SDF ne peut pas, d’après moi, revêtir un caractère social et dénonciateur. Et c’est précisément cet aspect de l’œuvre qui m’a déplu.

Hendon F. C m’a carrément fait sourire. De quoi s’agit-il ? Le film débute sur un plan large en plongée sur un terrain de foot laissé à l’abandon et une communauté de Roms qui vaque à ses occupations à côté. Puis la caméra descend dans les hautes herbes du terrain de sport et circule au milieu des tiges en slalomant comme un serpent. Une première vision sans explication de l’auteur m’a simplement laissée perplexe. Puis l’on apprend que le point de vue de la caméra et ses mouvements tentent de nous révéler un autre monde, comme l’envers du décor. Que l’auteur se rapproche également des premiers effets du cinéma, à savoir cette capacité à nous questionner sur la chose filmée dès lors que l’échelle n’est plus la même que notre vision humaine. Effectivement, filmée en gros plan, la broussaille est immense, démesurée, elle semble menaçante. D’accord. C’est entendu, ça fonctionne. Quant à l’envers du monde, et la présence de la communauté Roms... Si les Roms n’avaient pas été là, aurait-il choisi ce lieu de tournage ? Qu’est-ce que cela apporte ? Quand les herbes sont hautes et deviennent des géants, les Roms ne sont plus si différents de nous finalement....

© Martin Argyroglo / LE BAL

© Martin Argyroglo / LE BAL

D’autres œuvres m’ont par ailleurs particulièrement touchées par la poésie du regard proposé par Mark Lewis.

Above and Below d’abord, dans laquelle la caméra semble flotter au-dessus des hommes et comme l’a souligné une autre spectatrice rappelle « ces expériences grâce auxquelles l’âme s’échappe du corps et s’élève pour planer au-dessus de nos têtes ». La lumière dorée du soir d’été, les mouvements doux et gracieux, le fait qu’il ait choisi de ne pas sonoriser le film pour ne pas l’ancrer dans le réel, le calme qui se dégage de cette séquence est une expérience sensorielle dans laquelle le temps semble étendu. Une beauté du monde nous est proposée, mise en évidence par cette vision en plongée, filmée avec une grue, cette fluidité et cette lenteur qui changent nos repères visuels et souligne la poésie de cette autoroute des années 70. Magnifique !

C’est aussi ce qui m’a plu dans Forte !, œuvre réalisée dans le nord de l’Italie et filmée depuis un hélicoptère. Nouvelle vision de la vie terrestre, un fort apparait au milieu de superbes paysages montagneux comme une surprise, la découverte de l’activité humaine dans cette nature impressionnante. Des sensations inédites et des réflexions nouvelles sur nos sociétés naissent alors chez le spectateur. Original et pertinent, il me semble que Mark Lewis atteint parfaitement son but ici, questionner l’attention du spectateur, faire surgir à son esprit des interrogations nouvelles tout en soulignant la beauté de notre monde contemporain.

L’exposition regroupe les travaux récents de Mark Lewis, de 1998 à 2014, et s’intéresse à la manière dont l’artiste voit le monde d’aujourd’hui et ses enjeux.

Comme souvent au Bal, le manque d’informations, de pistes ou d’explications assez claires empêchera ceux qui ont besoin de comprendre la démarche de l’auteur pour se laisser aller aux propositions du cinéaste. Pour ceux-là, j’espère que cet article vous aidera à mieux apprécier le travail de Mark Lewis. Mais le parti pris du Bal reste néanmoins respectable car il laissera pleinement libre cours à vos sensations, vos interprétations, sans entrave, sans pré-analyse et cadre imposé. Votre critique sera alors tout à fait légitime et si vous avez déjà expérimenté les vidéos de Mark Lewis, n’hésitez pas à donner vos impressions en commentaires, l’enrichissement sera profitable à tous.

Le Bal organise une soirée spéciale autour du travail de Mark Lewis le jeudi 12 Mars de 18h à 22h.

Réservation: contact@le-bal.fr

Gratuit sur présentation du billet d'entrée à l'exposition.

Le Bal
ADRESSE
6, Impasse de la Défense
75018 Paris
-
Métro Place de Clichy, lignes 2 et 13
Bus 54, 74, 81, arrêt Ganneron
----------------------------------------------------

HORAIRES D’OUVERTURE
Du mercredi au vendredi 12H-20H
Samedi 11H-20H
Dimanche 11H-19H

Nocturne le jeudi jusqu’à 22H

Fermé lundi et mardi
Lieu accessible aux personnes à mobilité réduite
----------------------------------------------------

TARIFS
5 € tarif plein
4 € tarif réduit
Tarif réduit sur présentation d’un justificatif récent :
Étudiant
- de 25 ans
+ de 60 ans
Enseignant
Artiste (Maison des artistes, SACD, SACEM, ADAGP)
Famille nombreuse
Habitant du 18ème arrondissement
Groupe (à partir de 10 personnes)
Institutions partenaires du BAL
Élève des ateliers des Beaux-Arts de la Ville de Paris

Gratuité
Gratuité sur présentation d’un justificatif récent :
Demandeur d’emploi – bénéficiaires des minima sociaux
Ami du BAL
Journaliste
- de 12 ans
Personne handicapée et accompagnateur
Élève, enseignant ou intervenant de la Fabrique du Regard

commentaires