Une féerie contemporaine à Versailles

par Anna Lumbroso 19 Mai 2015, 16:34 Patrimoine Gratuit

Au cœur des jardins du château de Versailles, un bosquet reprend vie grâce à la création contemporaine.

Un bosquet oublié dans les jardins de Versailles

Petit saut en arrière… au temps de notre grand roi Louis XIV ! Un peu mégalo et en même temps grand génie, il rêve pour son château de jardins luxuriants pour épater sa cour et les monarques d’Europe. Cette histoire-là vous la connaissez déjà. Il fait appel à son pote André Le Nôtre et lui demande de s’occuper de tout. Il veut des jardins, des promenades, des fontaines mais aussi des scènes pour ses spectacles car Sa Majesté invite les plus grands artistes mais se considère également comme un excellent danseur.

Revenons-en à nos moutons : le Bosquet du Théâtre d’eau. Le roi Soleil aimait justement danser devant ses sujets dans ce jardin. Abandonné par ses successeurs, il est détruit en 1775. Au XIXème siècle, il est relégué aux nourrices, le jardin des bonnes, quoi ! La tempête de 1990 puis celle de 1999 achèvent définitivement l’âme du lieu. Il est fermé au public. Les paysagistes de Versailles le qualifient de façon nostalgique de jardin en dormance.

Ce bosquet était sous le règne de Louis XIV, la composition la plus aboutie des jardins. Les fontaines ornaient la clairière dans une scénographie inspirée du théâtre de Palladio, à Vicence. Féerie d’eau, il était également le lieu de spectacles de danse et de théâtre.

Une féerie contemporaine à Versailles

Un projet de Jean Michel Othoniel et Louis Benech

Le Château fête cette année le tricentenaire de le mort de notre glorieux roi et célèbre la réouverture de son jardin favori. La remise en état du lieu a été soumise à un concours gagné par le paysagiste, déjà célèbre, Louis Benech. Soucieux de préserver l’authenticité du lieu historique, il a respecté les plans créés par le père de tous les paysagistes, le fameux Le Nôtre. Il a voulu recréer une atmosphère festive, inspirée des fêtes galantes de la cour du XVIIème siècle.

Une féerie contemporaine à Versailles

Pour donner du cachet à son projet, il a décidé de s’associer à l’artiste Jean-Michel Othoniel. Ce dernier a conçu trois fontaines monumentales, les Belles Danses. Ce travail de fontaine est une première pour le sculpteur. On reconnaît très vite la marque de l’artiste : une œuvre abstraite réalisée en verre de Murano. Des sphères élégantes s’articulent autour d’un axe sinueux. Et le tout à la feuille d’or, s’il vous plaît ! Elles évoquent le corps en mouvement, les arabesques baroques et rappellent l’esprit rocaille d’un bosquet du XVIIème siècle.

Une féerie contemporaine à Versailles

L’art contemporain à Versailles

Le chantier a duré deux ans et le travail de ces deux artistes témoigne d’une véritable recherche historique et d’une volonté de préserver l’âme de ce lieu tout en y insérant un œil neuf. Ce jardin contemporain est une initiative réussie et louable.

Il faudra tout de même attendre que la nature fasse son travail et que la végétation prenne place dans ce jardin qui semble encore un peu pauvre avec ses jeunes pousses.

La création contemporaine n’en est pas à sa première incrust’ au château. Mais pour la première fois, les artistes ne sont pas invités à exposer mais à réaliser une œuvre pérenne. On laisse échapper un petit « ouf » quant au choix de l’artiste. L’exposition Jeff Koons avait fait grand bruit au château en proposant un regard amusant entre kitsch et baroque. Pourtant on préfère ce projet sérieux et élégant dans les jardins plutôt qu’un homard géant en plastique.

Une féerie contemporaine à Versailles

Lil Buck et le LA Dance Project ouvrent la danse

La compagnie du LA Dance Project a été invitée pour l’inauguration du Bosquet. Elle a été fondée, à Los Angeles, par Benjamin Millepied, l’actuel directeur du Ballet de Paris. La veille de l’ouverture, Marcel & Simone étaient à l’inauguration du bosquet. Une petite performance, mise en scène par Julia Eichten spécialement conçue pour l’occasion. Malgré quelques élégants pas de danse baroque, inspirés des chorégraphies de la cour, l’ensemble semblait un peu brouillon. Heureusement, le fabuleux danseur Lil Buck, invité par le LA Dance Project a ébloui l’assemblée.

Charles Riley, de son vrai nom, incarne la rencontre parfaite entre la danse classique et le hip hop. Danseur de Jookin’, street dance venue de Memphis, il s’est formé dans les plus grands ensembles de ballet. Ses baskets n’ont rien à envier aux demi-pointes des étoiles ! Il s’élève dans les airs avec grâce et mixe pirouettes et pas de break dance.

Vêtu d’un costume doré, tous les yeux étaient rivés sur lui. Apollon ou roi soleil, il a supervisé ce ballet tel Louis XIV à son époque. Un artiste à suivre !

Une féerie contemporaine à Versailles

Le Bosquet du Théâtre d’Eau

Ouvert depuis le 12 Mai 2015

Parc du château de Versailles

L'accès aux jardins est gratuit.

D'avril à octobre: Gratuit les mercredis, jeudis et vendredis.

commentaires

Sheryl 22/05/2015 11:49

Bonjour. J’aime beaucoup la façon dont vous présentez les jardins. Ça donne vraiment envie d’y aller.