Diplomatie d'hier et d'aujourd'hui

par Noémie Thiard 3 Juillet 2017, 15:23 Expos Patrimoine

Pierre le Grand et le Régent à la revue de la Maison militaire du roi, le 7 juin 1717, Léon de Lestang Parade (1810 - 1887), peinture sur toile © EPV / Christophe Fouin

Pierre le Grand et le Régent à la revue de la Maison militaire du roi, le 7 juin 1717, Léon de Lestang Parade (1810 - 1887), peinture sur toile © EPV / Christophe Fouin

Exposition Pierre Le Grand, Un Tsar en France. 1717

 

C'était il y a trois siècles, 

À l'heure où l'Empire Russe perçait sous la Moscovie, 

Le territoire s'étend, et sous l'impulsion du tsar Pierre Le Grand, 

La guerre à la Suède est déclarée, 

Des marais sont asséchés,

Sur les rives de la Neva, l'emplacement de la future capitale est choisi.

Saint-Pétersbourg, ville de Pierre tournée vers l'Occident.

 

Le tsar part à la conquête de l'Ouest, en aventure,

Une première fois, sous le pseudonyme de Pierre Mikhaïlov, 

Il se fond dans la Grande Ambassade incognito, 

Expédition visant à trouver des alliés contre les Turcs, 

Dont Pierre profite pour explorer la Hollande, 

En visiter les musées, les laboratoires et manufactures.

Il travaillera même en tant que charpentier pour construire des bateaux. 

 

Forcé à revenir en urgence pour écraser la révoltes des Streltsy,

Il déclare ensuite: “Pas de barbe à la cour, ni en diplomatie”,

Adoptant le style européen, par une tonsure symbolique.

La pilosité orthodoxe n'aurait plus droit de cité en politique.

 

En 1717, Pierre reprend la route et pousse jusqu'en France, 

Royaume avec à sa tête, un monarque de sept ans, 

Duquel l'oncle, le duc d'Orléans, assume la Régence.

C'est ce voyage que le Château de Versailles commémore actuellement. 

 

On lui propose de séjourner au Louvre, mais refusant cet honneur, 

Pierre préfère un hôtel du Marais, celui de Lesdiguières, où sa suite demeure.

Il couche tout de même quelques nuits à Versailles,

Le Grand Trianon lui sert d'appartement. 

Il visite les Gobelins, l'Observatoire et le Palais-Royal, 

Va à l'Opéra puis à la Monnaie, où on lui frappe une médaille.

 

L'exposition relate son séjour français en huit salles, 

On y peut voir, grâce au musée de l’Ermitage et leur admirable collection, 

Quelques objets de voyage et instruments scientifiques, 

Dont le tsar fait acquisition, en passionné de technique.

On voit aussi un de ses costumes d'été, et quelques portraits du Monarque, 

Témoins de cet “air de grandeur naturel” dont parlait Saint Simon.

 

Pierre le Grand étonne aussi par sa spontanéité, 

Rencontrant Louis XV pour la première fois,

Faisant fi du protocole des visites officielles,

Le tsar soulève l'enfant-roi,

le prennant dans ses bras d'un geste paternel. 

C'est avec le régent et le maréchal de Tessé, que Pierre 1er négociera, 

Dans le but de sceller en août, à La Haye, un accord franco-russe de commerce et d'amitié.

 

Le 29 mai 2017, le Château de Versailles assume de nouveau un rôle diplomatique, 

Se faisant le théâtre d'une rencontre entre les actuels leaders politiques, 

Pouvant se présenter comme héritiers de Louis XV et Pierre Le Grand.

Rappelant ainsi que l'histoire est en marche et se construit au présent. 

 

Exposition Pierre Le Grand, un Tsar en France. 1717

Au Grand Trianon du Château de Versailles

Du 30 mai au 24 Septembre 2017

 

Commissariat
Gwenola Firmin, conservateur en charge des peintures du XVIIIe siècle au musée national des château de Versailles et de Trianon 
Thierry Sarmant, conservateur en chef, chef du Centre historique des archives au Service historique de la Défense 
Georges Vilinbakhov, directeur adjoint au musée d’État de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg 
Viatcheslav Fedorov, chef du département de l’Histoire de la Culture russe au musée de l’Ermitage

Conseillères scientifiques de l’exposition
Francine-Dominique Liechtenhan, directrice de recherche au CNRS, Centre Roland Mousnier (CNRS / Université Paris-Sorbonne)
Natalia Bakhareva, conservateur, chargé des peintures du XVIIIe siècle au musée de l’Ermitage

 

commentaires